Laying Bare the Text: From an Erotics of Art to Erotic Literature / Le texte mis à nu : de l’érotique de l’art à la littérature érotique

deadline for submissions: 
November 1, 2018
full name / name of organization: 
Post-Scriptum.ORG journal

CALL FOR PAPERS

Laying Bare the Text: From an Erotics of Art to Erotic Literature, Annual conference of the Post-Scriptum journal

 

Université de Montréal, April 25th-26th, 2019

 

Conference organized by Louis-Thomas Leguerrier, Laurence Sylvain and Marie-Eve Bradette

 

The staging of eroticism in literature, following a tradition that can be traced to the Song of Songs, is subjected to interpretive strategies that shape its possibilities of actualization through reading. As part of a tradition that defines the act of reading as the process of transcending the letter through interpretive means, eroticism in literature is either allegorized –and thus despoiled of its sensorial dimension – or played down by interpretive approaches that contend that its main effect lies in its ‘meaning’. Indeed, for literary traditions based on the biblical tradition, it is the very movement of the text,being opaque by necessity, that calls for interpretation. Interpretation, therefore, is viewed as an accomplishment rather than as an act of violence.

However, in the case of eroticism, it may well be that to interpret is to hinder the movement of the text. As Susan Sontag writes in Against Interpretation (1964): “The function of criticism should be to show how it is whatit is,even that it is what it is, rather than to show what it means. In place of an hermeneutics we need an erotics of art.” By counterposing an ‘erotics of art’ to hermeneutics as a science of interpretation, Sontag suggests that interpretation is fundamentally anti-erotic: “This philistinism of interpretation is more rife in literature than in any other art. For decades now, literary critics have understood it to be their task to translate the elements of the poem or play or novel or story into something else. Sometimes a writer will be so uneasy before the naked power of his art that he will install within the work itself—albeit with a little shyness, a touch of the good taste of irony — the clear and explicit interpretation of it.” Could this naked power of the text, which frightens its author to the point that hehimself attempts to suppress it, be this eroticism opposed to interpretation?

This hypothesis raises several questions: how can one conceive of a reading experience that would completely restore the naked power of the text; one that we may call erotic? And what does literature that is termed ‘erotic’ tell us about this experience? Is erotic literature an experience put inwords that precede the act of reading? If not, does it constitute a better medium for the reading experience that Sontag describes than other forms of literature?

Topics of interest for this conference include, but are not limited to, the following:

  • Erotic reading/sensorial reading
  • Erotics and poetics, or eroticism as a writing practice
  • Erotics/eroticism and decolonization
  • Erotics of art in Aboriginal traditions, theories and literatures
  • Is an erotics of art necessarily gendered?
  • For a queer erotics of art/two-spirit
  • From hermeneutics to eroticism: discontinuities and continuities
  • Experiencing eroticism as a reader/spectator
  • Erotics and politics
  • Erotica and pornography: the issue of obscenity and censorship
  • Eroticism and violence
  • Corporeality and eroticism: the writing of the body
  • Erotic literature and women’s writing
  • The fantastic and the supernatural in erotic fiction

Participants must send their 300-word proposals by November 1st, 2018 at the latest at: redaction@post-scriptum.org. Proposals must be sent in two distinct files: in the first file, you must include your name, your institution, your email address, a short biography, and the title of your proposal. In the second file, you must include the title of your proposal and the proposal text itself. Proposals will be subjected to a masked review by the reading committee. 

Calendar:

November 1st, 2018: Deadline to send the proposals

Early December 2018: Final decision by the committee

April 25th-26th, 2019: Conference

 

APPEL À COMMUNICATIONS

« Le texte mis à nu : de l’érotique de l’art à la littérature érotique », colloque annuel de la revue Post-Scriptum

Université de Montréal, 25-26 avril 2019 

Organisé par Louis-Thomas Leguerrier, Laurence Sylvain et Marie-Eve Bradette

 

Suivant une histoire dont le début remonte au moins jusqu’au Cantique des Cantiques, les mises enscène del’érotisme dans lestextes de la tradition littéraire sont soumises à un ensemble de stratégies interprétatives qui encadrent la possibilité de leur actualisation par la lecture. En tant qu’il s’inscrit dans une tradition qui place au cœur même de l’idée de lecture la nécessité du dépassement de la lettre par l’interprétation, le destin de l’érotisme en littérature est d’osciller entre une allégorisation qui supprime sa dimension sensible et un dévoilement qui le confine àun arrière-plan qu’il appartient à l’interprétation de découvrir et de gérer. Pour la tradition littéraire fondée sur le modèle de la tradition biblique, c’est le mouvement même du texte, obscur par nécessité, qui appelle l’interprétation. Ainsi l’interprétation n’est pas vue comme une violence mais comme un accomplissement.

 Or, dans le cas de l’érotisme, il se pourrait bien que le mouvement de l’interprétation entrave le mouvement du texte lui-même. Susan Sontag écrit, dans Against Interpretation(1964): « The function of criticism should be to show how it is what it is, even that it is what it is, rather than to show what it means. In place of an hermeneutics we need an erotics of art». En définissant ce qu’elle nomme l’érotique de l’art en opposition à l’herméneutique en tant que science de l’interprétation, Sontag nous montre le chemin vers une définition de l’interprétation comme contre-érotisme : « This philistinism of interpretation is more rife in literature than in any other art. For decades now, literary critics have understoodit to be their task to translate the elements of the poem or play or novel orstory into something else. Sometimes a writer will be so uneasy before the naked power of his art that he will install within the work itself—albeit with a little shyness, a  touch of the good  taste of irony —  the  clear and explicit  interpretation of  it.» Ce pouvoir du texte qui, par sa nudité, effraie même son auteur qui tente de le dissimuler, n’est-ce pas cet érotisme contre lequel se dresse l’interprétation? 

À partir de cette problématique, il nous semble intéressant de soulever les questions suivantes: peut-on imaginer, comme Sontag, une expérience de lecture qui restituerait entièrement ce pouvoir nu du texte, puis l’appeler érotique ? Et qu’est-ce que la littérature qui est, elle-même, dite érotique, en raison de la nature de ce qu’elle met en scène, peut nous apprendre de cette expérience? Est-elle déjà une expérience mise en texte et précédant la lecture? Sinon, constitue-t-elle un meilleur médium pour cette expérience que la littérature engénéral?

Afin de répondre aux questions soulevées par le colloque, nous proposons quelques axes de réflexion. Il ne s'agit néanmoins pas ici d’une liste exhaustive.

  • Lecture érotique/lecture sensible
  • Érotisme et poétique ou l’érotique comme pratique d’écriture
  • Érotique/érotisme et décolonisation
  • L’érotique de l’art dans les traditions, les théories et les littératures autochtones
  • Une érotique de l’art est-elle nécessairement genrée?
  • Pour une érotique de l’art queer/two-spirit
  • De l’herméneutique à l’érotique: Ruptures et filiations
  • L’érotique comme position de lecture/de spectature
  • Érotique et politique
  • Érotisme et pornographie : la question de l’obscène et de la censure
  • Violence et érotisme
  • Écriture du corps
  • L’érotisme dans l’écriture féminine
  • Érotisme, merveilleux et surnaturel

Les conférenciers sont priés d’envoyer leur proposition (300 mots) au plus tard le 1 novembre 2018 à l’adresse suivante : redaction@post-scriptum.org. Vous devez envoyer votre proposition en deux fichiers distincts : dans le premier document doit apparaître votre nom, votre université d’attache, votre adresse courriel et le titre de votre communication; dans le second document doit apparaître le titre de votre communication et le texte de votre proposition. Les propositions feront l’objet d’une évaluation à l’aveugle par le comité de lecture.

 

Calendrier :

1 novembre 2018 : envoi des propositions Début décembre 2018 : décision du comité 25-26 avril 2019 : Colloque