CFP: Terreurs et passions (France) (2/15/07; 10/11/07-10/13/07)

full name / name of organization: 
Collani Tania
contact email: 
Tania.Collani@uha.fr

International conference
Institut de Recherche en Langues et Littératures Européennes EA 3437 –
Université de Haute-Alsace
Mulhouse, October 11-13, 2007

«Entre terreurs et passions: construction/déconstruction de l’espace européen»
is the title of the conference organized by the Center for the study of
European Languages and Literatures (ILLE), University of Haute-Alsace,
Mulhouse. This conference aims to develop a reflection on space in literature,
as a system based on fundamental tensions, on a dialectical core.
The deadline for proposals is February 15th 2007. Papers (20 minutes) should be
focused on a dynamic vision of space, which could involve different fields of
human knowledge (history, psychology, philosophy, geometry, geography,
physics). The proceedings will be published in January 2008.
Please send proposals (one page approximately) to tania.collani_at_uha.fr.

Eric Lysøe et Tania Collani
Address: ILLE - UHA 10, rue des Frères Lumière 68093 Mulhouse Cedex tel./fax:
+33 03 89 33 69 69.
www.ille.uha.fr/seminaires-colloque/colloque-espace-passions

-------------------------------------
Appel à contribution
Date limite: 15 février 2007
Colloque international
Institut de Recherche en Langues et Littératures Européennes EA 3437 –
Université de Haute-Alsace
Mulhouse 11-13 octobre 2007
Si, à l'origine, la langue française attribue à l'espace une valeur temporelle –
celle par exemple de l'espace de quelques jours – le mot n'en constitue pas
moins un emprunt au latin spatium, terme qui désigne le champ de course ou
l'arène. Qu'on le considère comme territoire, comme aire conceptuelle ou encore
comme surface de déploiement de la parole créatrice, l'espace renvoie donc
d'emblée à la tension, à la dynamique qui l'organise. On peut même supposer
qu'il n'émerge comme notion fondamentale qu'à partir du moment où la conscience
humaine procède au découpage significatif qui consiste à opposer le profane au
sacré – ou plus simplement le masculin au féminin. Nombre de cosmogonies
imaginent d'ailleurs l'engendrement de l'espace à partir d'un acte de
séparation : séparation des eaux d'en haut de celles d'en bas dans la Genèse
ou, dans la geste de Mardouk, séparation en deux du corps de la Grande Mère…
C'est dire si l'espace est fils de la frontière – frontière entre ici et là,
droite et gauche, devant et derrière. Comme la psychologie expérimentale l'a
montré, l'espace renvoie en effet à une perception relative du réel et résulte
d'un classement pratiqué par le cerveau en fonction de deux catégories, celle
de la figure et celle de l'arrière-plan (ground). Procédure que le Danois Edgar
Rubin théorise en ces termes, à partir de sa célèbre Synsoplevede Figurer: « On
peut établir un principe fondamental : lorsque deux champs ont une limite
commune et que l'un est vu comme figure, l'autre comme arrière plan,
l'expérience de perception immédiate se traduit par un effet de configuration
[shaping] fondé sur la limite commune des champs et opérant uniquement sur l'un
des champs ou, du moins, plus sur un champ que sur l'autre » (Synsoplevede
Figurer, Copenhague, Gyldendalske, 1915). Et c'est cette même relation
dynamique qui opère dans la construction du paysage ou encore dans l'élection
d'un lieu, tant il est vrai, comme l'établit Marie-Claire Ropars-Wuilleumier,
que « l'espace n'est pas le lieu » mais plutôt « un rapport au lieu, et à ses
lois d'orientation » (Écrire l'espace, Vincennes, Presses Universitaires de
Vincennes, 2002).
Élucider, comme on se propose de le faire durant ce colloque, les modes de
structuration de l'espace européen ne consistera donc pas à ajouter quelques
réflexions sporadiques à une liste de travaux déjà fort longue. Le projet vise
bien plutôt à développer une vision dynamique de la constitution, de la
composition et de l'histoire des espaces – publics ou privés, nationaux ou
supra-nationaux, etc. –, vision fondée sur l'observation des forces diverses
qui conduisent à conférer aux lieux impliqués une valeur ou signification
collective. Du point de vue de l'imaginaire, une telle perception, de nature
évidemment phénoménologique, pourrait très simplement se transcrire en termes
de passions. Quel lieu, quel type de lieux se trouvent sentimentalement
valorisés – ou dévalorisés – par telle culture, telle forme d'expression et
pourquoi ? Quelles ressources l'imaginaire peut-il y rencontrer ? Comment
l'intelligence humaine trouve-elle à s'y accrocher et quelles relations
établit-elle avec des espaces jumeaux ?
Les communications (20 min. env.), fondées de la sorte sur une conception
dynamique de l'espace, pourront s'intéresser aux champs les plus divers du
savoir, pour mieux saisir les phénomènes littéraires concernés (histoire,
psychologie, neurosciences, géométrie, géographie, physique).
Les propositions de contribution, rédigées en français ou en anglais, d'une page
environ, sont à adresser avant le 15 février 2007 à: tania.collani_at_uha.fr

         ==========================================================
              From the Literary Calls for Papers Mailing List
                        CFP_at_english.upenn.edu
                         Full Information at
                     http://cfp.english.upenn.edu
         or write Jennifer Higginbotham: higginbj_at_english.upenn.edu
         ==========================================================
Received on Thu Feb 01 2007 - 18:59:16 EST

cfp categories: 
cultural_studies_and_historical_approaches