Extending Expertise? Experts and Amateurs in Communication and Culture. Bilingual International Conference

full name / name of organization: 
Philippe Ross - University of Ottawa
contact email: 
expertise2010@uottawa.ca

Extending Expertise?
Experts and Amateurs in Communication and Culture
4th-5th December 2010. University of Ottawa

In their widely debated paper, Collins and Evans (2002) describe the ‘Problem of Extension’ as the most pressing intellectual problem of our age: with the increasing scepticism towards experts and expertise, to what extent should decision-making in science and technology be open to public involvement? In a effort to widen the criteria of participation in science and technology, scholars have addressed the ability of ‘experience-based experts’ – individuals possessing firsthand experience of a field but no formal certifications – to challenge the specialist status of certified experts in matters of public concern such as farming and agriculture, the management of nuclear energy and the production of genetically-modified food.

Now, major developments in communication technology and practice strongly suggest the need to expand debates around experience and expertise beyond hard science and into fields of media, communication and culture – where public involvement has comfortably reached the point of no-return and distinctions between expert and amateur are being tested, stretched or relegated to irrelevance. Such developments afford a fresh opportunity to explore an enduring question: who is a legitimate participant in cultural production and scientific decision-making, and on what grounds?

This conference seeks to address how distinctions between expert and layperson, professional and amateur, are playing out in the following fields:

1. Mass media and journalism
The rise of social networking (e.g. Facebook, Twitter), user-generated content (most notably on YouTube) and citizen journalism has prompted debates around the legitimacy and contributions of amateur producers in fields such as media production and journalism, with some of the more vocal Web 2.0 critics calling for the central role of professional – read: institutional – producers to be preserved in order to safeguard reliable information and ‘quality’ entertainment from empowered, narcissistic amateurs. What is the substantive expertise of the media producer in the first place? What is the role of experience in the production process? How are social networking and user-generated content impacting the form, practice and reception of both journalism and entertainment?

2. Cultural production
The emergence and the constant improvement of new technologies are directly contributing to a more democratic - that is, accessible - process of cultural production. Indeed, one no longer needs to be a trained musician to make and release music (the right software and MySpace can now do the job) or a professional filmmaker to produce and broadcast a new film: think of, for example, Jonathan Caouette’s Tarnation (2003). The blurring of the amateur/expert dichotomy within the cultural is also having an impact on, for example, film narrative and aesthetic: one cannot ignore the place of fake home movies such as Paranormal Activity (Oren Peli, 2009) and ‘mockumentaries’ (as Zak Penn’s Incident at Lochness (2004) and the series The Office illustrate) within popular culture as well as the direct influence of the many 9/11 amateur images on blockbusters such as Cloverfield (Matt Reeves, 2008).

3. Health
The rapid erosion of technical barriers to the mass broadcasting and exchange of information, access to specialist knowledge and mobilization of interest groups is stoking the public’s willingness – and indeed its ability – to challenge experts in matters of science and technology, where once there was a blind trust in their authority and competence. This is particularly salient in the health care context, where informed patients are engaging in a dialogue with health professionals, and concerned citizens are challenging public officials on policy initiatives – the recent H1N1 flu vaccination campaigns being the latest example. How are these developments affecting power relationships between health care providers and patients? Are they favouring the latter, or is the central importance of traditional experts and institutions being reasserted in a context of conflicting and sometimes confusing health discourses and information?

4. Work and the Workplace
The drive to increase performance and productivity creates tensions in the workplace, where the requirement of formal certification and the pressures of continuous training can mean the displacement of experienced workers with extensive know-how and tacit knowledge, by highly-trained, but inexperienced, individuals. Yet, the current economic climate is also conducive to retirees rejoining the workforce. Elsewhere, the migration of highly-qualified workers poses problems in terms of the recognition of credentials, experience and expertise gained in their home countries. How are knowledge-transfer and the acknowledgment of competence playing out across generational, disciplinary and cultural boundaries? More importantly, how are these issues being experienced by incoming, senior, retired, returning and migrant members of the workforce?

In addition to the questions raised above, we invite proposals addressing the following:
When the technical barriers to specialist knowledge and tools are crashed, can reliable criteria for participation in decision-making and expertise be established?
In matters of public taste, public interest and public concern, is it possible/pertinent/useful to distinguish between experts and non-experts?
Do traditional distinctions between expert and layperson hold when one moves from science to media and culture? What are some of the key differences/similarities between both fields?
How does technical knowledge interact with social/cultural competence?
How are identities shifting and blurring and combining? (producer/consumer, experience-based expert, doctor/patient, etc.).
Are hierarchies and gatekeepers disappearing in media/cultural production and scientific decision-making, or are they being replaced by new ones?

We invite scholars and professionals to submit proposals (in English or in French) for single paper presentations before Friday, 28 May 2010. Please submit an abstract of 200-300 words or any enquiry to Dr. Philippe Ross and Dr. Florian Grandena at expertise2010@uottawa.ca.
Scientific committee: MIC (Research Group on Media, Identity and Community).
Philippe Ross (main organiser)
Florian Grandena (co-organiser)
Rukhsana Ahmed
Fernando Andacht
Luc Dupont
Isaac Nahon-Serfaty
Martine Lagacé
Peruvemba Jaya S.

---

Extension de l’expertise ?
Experts et amateurs en communication et Culture
4 et 5 décembre 2010. Université d’Ottawa.

Dans un article qui continue d’alimenter un large débat, Collins et Evans (2002) décrivent le « problème de l’extension » comme le problème intellectuel le plus urgent de notre époque. Avec la montée du scepticisme face aux experts et à l’expertise, dans quelle mesure la prise de décision dans la sphère scientifique et technique doit-elle s’ouvrir au public ? Afin d’élargir les critères de participation à la science et la technologie, certains chercheurs se sont penchés sur la capacité d’experts basés sur l’expérience (experience-based experts) – c’est-à-dire des individus ayant de l’expérience pratique dans un champ, à défaut de qualifications formelles – à questionner le statut d’experts certifiés dans des domaines d’intérêt public tels que l’agriculture, la gestion d’énergie nucléaire et la production d’aliments modifiés génétiquement.

Les développements majeurs actuellement en cours en matière de technologies et de pratiques de la communication appellent l’élargissement des débats autour de l’expérience et l’expertise du seul domaine de la science à ceux des medias, de la communication et de la culture – ou la participation du public a d’ores et déjà atteint un point de non retour et les distinctions entre experts et amateurs sont mises à l’épreuve, étirées et rendues caduques. Ces développements sont l’occasion d’explorer sous un nouveau jour une question durable : qui est un(e) participant(e) légitime à la sphère de production culturelle et scientifique, et sur quelles bases ?
Ce colloque propose de faire la lumière sur les distinctions entre expert et profane, professionnel et amateur, telles qu’elles s’opèrent dans les champs suivants :

1. Médias de masse et journalisme
L’émergence du réseautage social informatisé (par ex. Facebeook et Twitter), du contenu produit par les usagers (par ex. YouTube) et du journalisme citoyen suscitent un débat sur la légitimité et les contributions de producteurs amateurs, certaines des critiques les plus virulentes du Web 2.0 réclamant le maintien du rôle central des producteurs professionnels – lire : institutionnels – afin d’assurer la fiabilité de l’information et la qualité des contenus de divertissement. Mais quelle est la substance de l’expertise du producteur média ? Quel est le rôle de l’expérience dans le processus de production ? Quel est l’impact du réseautage social et du contenu produit par les usagers sur la forme, la pratique et la réception du journalisme et du divertissement ?

2. Production culturelle
L’émergence et l’amélioration constante des nouvelles technologies contribuent directement à la démocratisation (c’est-à-dire une meilleure accessibilité) du processus de création culturelle. En effet, il n’est plus nécessaire d’être un musicien expérimenté pour composer et diffuser de la musique (le bon logiciel et MySpace peuvent désormais être suffisants), ni d’être un cinéaste professionnel pour produire et distribuer un film : Tarnation (Jonathan Caouette, 2003) en est un bon exemple. Le brouillage de la distinction entre amateur et profane laisse sa marque aussi sur la narration et l’esthétique cinématographiques (pour ne citer que celles-ci) : on ne peut ignorer la place occupée au sein de la culture populaire par de faux home movies tels que Paranormal Activity (Oren Peli, 2009) et de faux documentaires (comme l’illustrent Incident at Lochness (Zak Penn, 2004) et la série The Office), sans oublier l’influence directe des nombreuses images amateurs du 11 septembre 2001 sur des productions cinématographiques à grand budget telles que Cloverfield (Matt Reeves, 2008).

3. Santé
L’érosion rapide des barrières techniques à la diffusion de masse et l’échange d’information, à la connaissance spécialisée et à la mobilisation de groupes d’intérêts attise la volonté du public – ainsi que sa capacité – de questionner les experts en matière de science et de technologie, alors qu’il existait auparavant une confiance aveugle en leur autorité et leur compétence. C’est particulièrement le cas dans le contexte des soins de santé, ou des patients avertis initient un dialogue avec les professionnels de la santé et des citoyens préoccupés remettent en cause les décisions des autorités publiques – les récentes campagnes de vaccination contre la grippe H1N1 en fournissant un exemple saillant. Comment de tels développements affectent-ils les rapports de force entre professionnels de la santé et patients ? Ces derniers sont-ils favorisés, ou assiste-t-on plutôt à une affirmation renouée de l’importance des experts traditionnels dans un contexte marqué par une surcharge de discours et d’information sur la santé ?

4. Le monde du travail
L’impératif de performance et de productivité accrues engendre aussi des tensions au travail: l’exigence de certifications et de formation continue signifie bien souvent le remplacement d’employé(e)s possédant un vaste savoir-faire et des connaissances tacites par des individus plus jeunes et plus ‘éduqués’, mais sans expérience. Le climat économique actuel incite en même temps les retraité(e)s à retourner sur le marché du travail. Par ailleurs, la migration de travailleurs/travailleuses hautement qualifié(e)s soulève la problématique de la reconnaissance, à l’étranger, de la formation, de l’expérience et l’expertise acquises dans leur pays d’origine. Comment le transfert de connaissance et la validation des compétences s’opèrent-ils entre les générations, les disciplines et les cultures ? Comment ces processus sont-ils vécus par les individus ?

Les questions suivantes pourront également être abordées :
Avec la soi-disant démocratisation de la connaissance spécialisée et des outils techniques, peut-on établir des critères fiables pour l’expertise et la participation aux processus décisionnels ?
Lorsqu’il est question des goûts, intérêts et préoccupations du public, est-il possible/pertinent/utile de distinguer entre expert et non-expert ?
Les distinctions convenues entre expert et profane tiennent-elles lorsqu’on se déplace du champ scientifique à celui des médias et de la culture ? Quelles sont les similitudes et différences entre ces domaines ?
Quel est le lien entre connaissance technique et compétence sociale/culturelle ?
Comment les identités sont-elles déplacées, brouillées et combinées ? (producteur/consommateur ; expert basé sur l’expérience ; médecin/patient ; etc.) 
Les hiérarchies et les ‘gatekeepers’ disparaissent-ils de la production médiatique et culturelle et du processus de décision scientifique, ou en apparaît-il des nouveaux ?

Nous invitons chercheur(e)s et professionnel(le)s à soumettre une proposition de communication individuelle (en anglais ou en français) avant le vendredi 28 mai 2010. Veuillez svp envoyer un résumé de 200-300 mots ou adresser toutes questions à Philippe Ross et Florian Grandena à l’adresse : expertise2010@uottawa.ca.

Comité scientifique : MIC (groupe de recherche sur les médias, l’identité et la communauté).
Philippe Ross (organisateur principal)
Florian Grandena (co-organisateur)
Rukhsana Ahmed
Fernando Andacht
Luc Dupont
Isaac Nahon-Serfaty
Martine Lagacé
Peruvemba Jaya S.

cfp categories: 
film_and_television
humanities_computing_and_the_internet
popular_culture
science_and_culture