Paper and Screen : the Inter-Art Work, NeMLA March 15-18, 2012 (la version française suit celle en anglais)

full name / name of organization: 
Karine Abadie (Université de Montréal), Catherine Chartrand-Laporte (Université de Montréal / Université de Bordeaux 3)
contact email: 
karine.abadie@umontreal.ca, catherine.chartrand-laporte@umontreal.ca

Paper and Screen : the Inter-Art Work
2012 Northeast Modern Language Association (NeMLA)
Rochester (NY), March 15-18, 2012

A literary work can be treated as a cinematographic object, and a cinematographic work can be treated as a literary object. That said, the modalities linked to the production of literary and cinematographic works are diametrically opposed, if only based on auctorial, linguistic and technical points of view. As such, while literature allows for an author to work alone, the preparation and production of a movie is a team effort. While words are the only tools of the writer, the film director can assemble spoken words, with sounds, music and images; while the space on a book page is essentially static, the movie screen is animated by movement. This session seeks to explore inter-art works, namely the ones that have been the object of both literary and cinematographic treatments under the impulsion of their author, meaning that the author participated in both works. Before questioning ourselves about the nature of the transformations implied by the passage from one medium to the other, we will reflect on why a given work would be treated by two different mediums. Does this double treatment result in two distinct works? Does the inter-art space allow an author to reach a whole that cannot be reached by exploiting only one medium? As such, can both works be thought of a sole entity, by way of studying the literary and cinematographic declension of the pair? In short, why does an author need to explore two languages to treat the same topic? What does the recourse to these two languages imply? This session aims to answer these questions. Participants may work on this topic without any restrictions in terms of time period or geographical limits.

Abstracts must be 200-500 words, and can be written either in English or French. Please send your abstracts by September 30th, 2011, to Karine Abadie (karine.abadie@umontreal.ca) and to Catherine Chartrand-Laporte (catherine.chartrand-laporte@umontreal.ca).

L'encre et l'écran à l'oeuvre
2012 Northeast Modern Language Association (NeMLA)
Rochester (NY), 15-18 mars 2012

Une œuvre littéraire peut faire l’objet d’un traitement cinématographique, tout comme une œuvre cinématographique peut faire l’objet d’un traitement littéraire. Or, les modalités liées à la production d’une œuvre littéraire et d’une œuvre cinématographique sont diamétralement opposées, ne serait-ce que sur les plans auctorial, langagier et technique. De fait, alors que la littérature permet à un auteur de travailler en solitaire, la production cinématographique ne peut être pensée que comme le travail d’un groupe ; alors que les mots sont les seuls outils de l’écrivain, le réalisateur, lui, peut avoir recours à l’image tout comme au son pour s’adresser à son public ; alors que l’espace de la page d’un livre est essentiellement statique, c’est le mouvement qui anime l’écran de cinéma. Cette session se propose d’explorer des œuvres intermédiales qui ont fait l’objet, sous l’impulsion de leur auteur, d’un traitement double, à la fois littéraire et cinématographique. Avant de s’interroger sur la nature des transformations que le passage d’un medium à l’autre implique, il s’agira de se demander pourquoi une œuvre nécessiterait d’être traitée par deux mediums. Ainsi résulte-t-il, de ce traitement double, deux œuvres distinctes ? Le traitement intermédial permet-il d'atteindre une totalité, difficile d'accès par le biais d'un médium unique ? Peut-on, par conséquent, penser les deux œuvres comme une seule entité en étudiant de paire ses déclinaisons littéraire et cinématographique ? En somme, pourquoi un auteur a‑t-il besoin de faire l’expérience de deux langages pour traiter un même sujet, et qu’est-ce que le recours à ces deux langages implique ? Ce sont à ces questions que la présente session se propose de répondre, et ce, sans imposer aux participants de limites historiques ou géographiques.

Les propositions de communication de 250-500 mots, rédigées en anglais ou en français, doivent être envoyées par courriel à Karine Abadie (karine.abadie@umontreal.ca) et à Catherine Chartrand-Laporte (catherine.chartrand-laporte@umontreal.ca), avant le 30 septembre 2011.

cfp categories: 
film_and_television
interdisciplinary
theory