Planetary Spaces. The Humanities at the Crossroad of the Local and the Post-Global

deadline for submissions: 
April 1, 2019
full name / name of organization: 
Centre Phantasma et le Centre des Études Culturelles et Littéraires sur la Planétarité
contact email: 

***********FRENCH FOLLOWS*********

Planetary Spaces.

The Humanities at the Crossroad of the Local and the Post-Global

October 17-18-19, 2019, Babes-Bolyai University, Cluj-Napoca

A collaboration between Phantasma Center and the Center for Literary and Cultural Studies on Planetarity (CELCP, Université de Montréal)

Co-presidents: Laura T. Ilea, Corin Braga, Simon Harel, Heike Härting

This conference examines and seeks to redefine the “transgressiveness” that characterizes current global spaces. “Transgressiveness” may refer to large migrations of populations, refugees, diasporic or economic displacements, as well as to connected presences that are linked to digital spectrality and reasoning in the era of the post-image. This fluidity of space, including the porosity of borders, constitutes a threshold between the real and the fictional and subverts current political geographies. We invite contributions that explore the ways in which the planetary supersedes, develops, and limits older notions of space, diaspora, psychologies of displacement and (un)belonging, and border thinking. The planetary is a conceptual category that needs to be interrogated for its critical potential. Therefore, the conference seeks to explore topics that address the planetary in innovative ways.

The conference seeks to investigate the intersections between national geographies with their connotations of tradition violence, zombies and ghosts of the past (e.g., ghost towns) — and planetary geographies. The conference raises questions as to how, when, and for what reasons national societies disintegrate and larger planetary social and cultural formations emerge. Is there a causality beyond global neo-liberalism and capitalist market ideologies? How might we relate the notion of a “spectrography of the territory” (N. Clitandre) to planetary forms of people’s sovereignty, sustained slow or/and intensive violence? How do continuous divisions of gender, race and class spatialize the planet or planetary thinking? How does time and temporality intervene into a predominantly spatial planetary imaginary? These questions also serve to interrogate the way in which the various current humanities (nuclear, digital, environmental) are reformulated through a post-global perspective.

In this context we want to explore the planet – as different from “the globe” — as a concept that lacks hierarchical order and promises a heterarchy (D. Hofstadter), namely, a desecrated hierarchy that lacks particular rankings and priorities and scrambles given social, political and cultural inequities of power. Thus, the conference seeks to address the ways in which contemporary readings, representations and discourses of the planet as an ontological and critical category differ from earlier postmodern discourses of diversity, difference and alterity. How does such an understanding of the planetary accommodate and trouble the resurgence of heterodoxies within radically heterogeneous spaces, as, for example, amplified in the contemporary context of the archive of the cold war that resurfaces in the current geopolitical landscape and has long been neglected?

How do cultural and literary representations of radical “alterity” (Spivak) and emerging concepts of planetary space and time configure planetary subjects? How do we understand, aesthetically and politically, alterity as a mode of subject formation? This conference will specifically investigate the relationship between concepts of planetarity and micro-local and anachronistically national localities. The latter are frequently marked by the traumas of communist censorship, by militarized biopolitics of the Cold War, and by surveillance and repression, while, simultaneously experiencing a resurgence  of nomadic music, ancestral traditions, feminism and Roma activism (Giuvlipen), and inter-ethnic “barbarism”. How, then, does planetary thinking negotiate micro-local transformations? How do these transformations contribute to, trouble, or obstruct the articulation of planetary “transgressiveness”? How do they enable, complicate or undermine the making of a planetary imaginary?

Keywords and topics to be addressed:

1.    Urban myths, ghost towns, “planetary slums” and megacities

2.    Geocritics, planetary commons and planetary solidarities

3.    Nomad cartographies, literary and planetary geographies

4.    Nuclear humanities

5.    Performativity and the making of  public planetary spheres

6.    The territory, anti-territory and non-territory in the post-image era

7.    Cold war archives and planetary thinking

8.    Barbarians, monsters, zombies and spectrality (in the context of global capitalism and neo-liberalism)

9.    Perception of refugees and planetary imaginaries

10.  Neuroses and psychopathies of history and nation in the post-cold war era

11.  Radical subjectivities (as related to planetary epistemologies of the subject)

12.  Autochthonous feminism and planetary subalternity.

Deadline for all submissions: April 1, 2019.

Submission addresses:  celcp.info@gmail.com; airarle@yahoo.com

Submission Guidelines: Please submit abstracts of up to 300 words for 20-minute-long papers that address any of the issues or questions listed above. Abstract and papers may respectively be written and given in English or French. We also invite proposals for collaborative panels that take an innovative approach to the received conference format, individual performances, films, videos, short plays, or/and poster presentations. For collaborative panels we ask that a designated chair of the panel submit an abstract/rational for the panel as a whole and attach the abstracts of the individual panelists.

 

Please submit your abstract via email and as a Word document attachment. Please do not include your name and institutional address on the abstract and use “PlanetarySpaces.2019-Abstract” as the subject heading.

Please send a separate document including a brief academic biography (100-150 words).

Notification of acceptance: by April 15, 2019.

The papers will be published in Caietele Echinox, vol. 38, 2020 (see the website phantasma.lett.ubbcluj.ro).

                                                                   --------------------------------------------------------------------------------------

 

L’espace planétaire.

 

Les humanités au carrefour du local et du post-global

 

Les 17, 18 et 19 octobre 2019 à l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca

 

Une collaboration entre le Centre Phantasma

 

et le Centre des Études Culturelles et Littéraires sur la Planétarité (CELCP, Université de Montréal)

 

Co-présidents : Laura T. Ilea, Corin Braga, Simon Harel, Heike Härting

 

Ce colloque examine et cherche à redéfinir la « transgressivité » qui caractérise l’espace global actuel. La « transgressivité » fait référence aux larges migrations de populations, de réfugiés, aux déplacements diasporiques et économiques, ainsi qu’aux présences connectées, reliées à la spectralité et au raisonnement  numériques à l’époque de la post-image. La fluidité de l’espace, y compris la porosité des frontières, constitue un seuil entre le réel et le fictionnel et subvertit les géographies politiques du moment. Nous demandons des contributions qui explorent les manières dont le planétaire remplace, développe et limite les anciennes notions d'espace, de diaspora, les psychologies du déplacement et de la (dés)appartenance, ainsi que la pensée frontalière. Le planétaire est une catégorie conceptuelle qui doit être interrogée pour son potentiel critique. Par conséquent, le colloque se donne comme but d’explorer des sujets qui abordent le planétaire de manière innovatrice.

 

Le colloque cherche également à investiguer les croisements entre les géographies nationales, avec leur connotation de violence de la tradition, de zombies et de fantômes du passé (ex. les villes fantômes) – et la géographie planétaire. Il soulève les questions suivantes : comment, quand et pour quelles raisons les sociétés nationales se désintègrent et des formations sociales et culturelles planétaires plus larges émergent ? Y a-t-il une causalité au-delà des idéologies du marché néo-libérales et capitalistes globales ? Comment pourrait-on mettre en relation la notion de « spectrographie du territoire » (N. Clitandre) avec des formes planétaires de souveraineté du peuple, avec la lente ou/et intense continuité de la violence? Comment les divisions continuelles de genre, race et classe spatialisent la planète et la pensée planétaire ? Comment le temps et la temporalité interviennent dans un imaginaire planétaire principalement spatial ? Ces questions servent aussi à interroger la manière dont diverses humanités actuelles (nucléaires, numériques, environnementales) sont reformulées à travers une perspective post-globale.

 

Dans ce contexte, on aimerait explorer la planète – en contraste avec le globe – sous la forme d’un  concept qui manque de hiérarchie et promet une hétérarchie (D. Hofstadter), c’est-à-dire une hiérarchie désacralisée qui manque de classements et de priorités et qui brouille les inégalités sociales, politiques et culturelles du pouvoir. Ainsi, le colloque traitera la manière dont les représentations et les discours contemporains sur la planète en tant que catégorie ontologique et critique diffèrent des discours postmodernes antérieurs sur la diversité, la différence et l’altérité. Comment une telle compréhension du planétaire peut-elle affecter la réapparition d’hétérodoxies au sein d’espaces radicalement hétérogènes, telle qu’elles sont par exemple amplifiées dans le contexte de l’archive de la guerre froide qui refait surface dans le paysage géopolitique actuel et qui a été longtemps négligée ?

 

Comment les représentations culturelles et littéraires de « l'altérité » (Spivak) et les concepts émergents d'espace et de temps planétaires configurent-ils les sujets planétaires? Comment comprendre, du point de vue esthétique et politique, l'altérité en tant que mode de formation du sujet? Ce colloque aimerait envisager tout particulièrement la relation entre les concepts de planétaire et de micro-local et les sites nationaux anachroniques. Ces derniers sont souvent marqués par les traumas provoqués par la censure communiste, par la biopolitique militarisée de la guerre froide, ainsi que par la surveillance et la répression, tout en faisant place au retour de la musique nomade, des traditions ancestrales, du féminisme et de l’activisme rom, ainsi que de la « barbarie » inter-ethnique. Comment la pensée planétaire négocie-t-elle alors les transformations micro-locales ? Comment ces transformations contribuent-elles, troublent ou bloquent-elles l’articulation de la « transgressivité » planétaire ? Comment favorisent ou déstabilisent-elles la création d’un imaginaire planétaire ?

 

Mots clés et axes de réflexion:

 

1.       Mythes urbains, villes fantômes, « taudis planétaires » et mégapoles

2.       Géocritique, communautés planétaires et solidarités planétaires

3.       Cartographies nomades, géographies littéraires et planétaires

4.       Humanités nucléaires

5.       Performativité et création de la sphère publique planétaire

6.       Le territoire, l’anti-territoire et le non-territoire à l’ère de la post-image

7.       Archives de la guerre froide et pensée planétaire

8.       Barbares, monstres, zombies et spectralité (dans le contexte du capitalisme global et du néo-libéralisme)

9.       Perception des réfugiés et des imaginaires planétaires

10.   Névroses et psychopathies de l’histoire et de la nation à la suite de la guerre froide

11.   Subjectivités radicales (en relation avec les épistémologies planétaires du sujet)

12.   Féminisme autochtone et subalternité planétaire.

Date limite pour toutes les soumissions: le 1er avril 2019.

Les propositions sont à envoyer à : celcp.info@gmail.com ; airarle@yahoo.com

 

Modalités de soumission : Veuillez soumettre des propositions de communications d’environ 300 mots en français ou en anglais. Nous vous invitons également à soumettre des propositions de panels collaboratifs avec des approches novatrices (performances individuelles, films, vidéos, pièces de théâtre, présentations d’affiches, etc.). Pour les panels collaboratifs, nous demandons qu’un président désigné du panel soumette un résumé du panel dans son ensemble en y joignant les propositions des autres panélistes.

 

Votre nom et votre adresse institutionnelle ne doivent pas paraître dans le document. Veuillez inscrire « EspacePlanétaire.2019-Proposition » sur la ligne Objet.

 

Veuillez envoyer un document distinct avec votre affiliation institutionnelle et une courte notice
bio-bibliographique (100-150 mots).

 

Réponse de la part du jury de sélection : le 15 avril 2019.

Les actes du colloque seront publiés dans Caietele Echinox, vol. 38, 2020 (voir le site phantasma.lett.ubbcluj.ro).