In Vivo Arts Issue #1 - ANIMALS

deadline for submissions: 
November 30, 2022
full name / name of organization: 
In Vivo Arts
contact email: 

IN VIVO ARTS (www.invivoarts.fr) is a bilingual online platform (French and English) specialised in multidisciplinary research on contemporary artistic creation, with a focus on the Performing Arts (theatre, choreography and dance, circus, performance art, opera) and Cinema.

In addition, given the hybridity of contemporary artistic forms, the platform hosts reflections on the written arts and non-cinematic visual arts (painting, sculpture, architecture, photography, installations, etc.), especially in their imbrication with the performing scenes and screens.

Call for Papers: In Vivo Arts Issue #1

Theme: ANIMALS

After the publication of a pilot issue centred around the topic of CRISIS, and a special issue, Beyond Binarities: Representations and Performances of Gender and Sexuality, the In Vivo Arts collective is launching a call for papers for the first issue of the platform, dedicated to ANIMALS. Following the transdisciplinary approach espoused at the launch of the platform, we are seeking to harmonise the different disciplinary clusters: AESTHETICS(s), PHILO-PERFORMANCE(s), HUMANITIES, QUEERNESS, PLURALITIES, and DIALOGUE(s).

The latest film by the Norwegian Eskil Vogt, The Innocents, shows a cat being tortured by children, then thrown from the top of a staircase, to test its endurance. The scene showing the limping cat, with the dislocated paw, aggresses the viewer’s visual perception – culminating in a shot in which the head of the cat is crushed by the same children.

Reflecting a diametrically opposed aesthetic – both from the point of view of the medium of artistic expression and the scope of the sensorial experience – at the Bouffes du Nord Theatre in Paris, artists Camille Decourtye and Blaï Mateu Trias are producing the show (There). Combining dance and acrobatics, the show originally introduces a living magpie crow, Gus, as a character. Flying across the theatre hall, above the audience, Gus is part of the “reality” of the stage and, despite itself, elicits questions that go far beyond its animal nature. “Each scene where the animals intervene keeps a part of improvisation”, recalls Camille Decourtye, thus reinvesting the very notion of the “mimesis” and role of “reality” in the scenic representation.

Between those two aesthetic poles, and in the era of transhumanism, the Anthropocene, civilisational collapse and ecological excesses, the In Vivo Arts collective wishes to bring together for its first issue reflections on the use of and recourse to animals in the Performing Arts and Cinema. Admittedly, animals have had a long history of appearing on stages and screens, and approaches such as “performing species” (Una Chaudhuri and Holly Hughes) have already operated this “animal turn” of which specialists speak in the Humanities and Social Sciences. Against this background, our main questions are: How do animals reinvest stages and screens when the latter become their new spaces of life (and death)? Do animals disclose (or provoke) a crisis of representation in the Performing Arts and Cinema? To what (new) kind of contemplation (and sensorial perception) do they appeal?

Reflections on animals go beyond aesthetic representation, as we can identify the articulation (or at least emergence) of an ethical discourse around the use of and recourse to animals in the Performing and Visual Arts. How to understand and, above all, how to theorise this ethics without undermining the (almost) complete freedom of the artistic gesture? What about the institutional, NGO and normative stances towards such artistic practices? How do the means of artistic production agree with the norms that define animal rights? Reflections could therefore raise questions of an ethical, anthropological, or historical nature; or a comparative one, while considering the gaps between conceptions of animal welfare across cultures, in a context marked by societal pluralities.

From Robert Bresson (Au hasard Balthazar, 1966) to Jerzy Skolimowski (recently awarded the jury prize at Cannes for his EO), from Romeo Castellucci to Bartabas, or even from Steven Cohen to Rébecca Chaillon, our intention is to focus on animals as such, and much less on issues arising from animal symbolism (for example, the use of disguise by artists). As a result, we will be particularly sensitive to proposals aimed at exploring the concrete presence of animals (alive or stuffed) materials derived thereof (meat, organs, blood, furs, etc.) on stages and screens. Approaches could be historical – from arenas to the circus arts, stage and film performances – or concerned with specific case studies.

Proposals for articles and / or interviews (300 - 400 words), along with a short biography, should be sent by email to invivoarts@gmail.com, no later than November 30, 2022 at midnight (Central European Time).

Selected submissions (to be communicated in December 2022) shall be published in the In Vivo Arts first issue – ANIMALS. As such, the final version of the contribution must be sent no later than April 15, 2023, at midnight (CET), with the release of the first issue being scheduled for June 2023.

Submissions are accepted in English and French.

The length is as follows:

Research papers/case studies: 5,000-10,000 words

Opinion essays: 3,000-5,000 words

Reviews (books, performances, films): 1,500-2,500 words

Interviews: 3,000-5,000 words

The In Vivo Arts team accepts and encourages submissions by researchers starting from the MA level of study. The call for contributions is also open to the entire artistic community (artists curators, producers, etc.).

We kindly ask you to specify in your email the cluster to which you would like to contribute.

 

[français]

La plateforme scientifique IN VIVO ARTS (www.invivoarts.fr), disponible en version bilingue (français et anglais), s’est constituée comme un foyer de réflexions pluridisciplinaires sur les manifestations artistiques immédiatement contemporaines, avec une préoccupation accrue pour les arts du spectacle vivant (théâtre, cinéma, danse, cirque, performance, musique et opéra).

Compte tenu de l’hybridation des formes émanant de l’immédiateté artistique, la plateforme entend accueillir aussi des démarches réflexives autour des arts de l’écrit et des arts visuels (peinture, sculpture, architecture, photographie et installations), notamment dans leur rapport à la scène et aux écrans.

Appel à contribution : 1er numéro In Vivo Arts

Thème : ANIMAUX

Après la publication d’un numéro-pilote dédié aux CRISE(s), et d’un numéro spécial Dépasser les binarités : représentations et performances des genres et des sexualités, le collectif In Vivo Arts lance un appel à contribution pour le premier numéro de la plateforme consacré aux ANIMAUX. En suivant la même démarche transdisciplinaire annoncée lors du lancement de la plateforme, les contributions reçues vont harmoniser les différents clusters disciplinaires : ESTHÉTIQUE(s), PHILO-PERFORMANCE(s), HUMANITÉ(s), QUEERNESS, PLURALITÉ(s), et DIALOGUE(s).   

Le dernier film du norvégien Eskil Vogt, Les Innocents, montre, parmi d’autres, un chat qui se fait torturer par des enfants, et qui est ensuite jeté du haut d’un escalier, afin de tester son endurance. La scène montrant le chat boitant, avec sa patte renversée, agresse la perception visuelle du public, d’autant plus que, finalement, la tête du chat est écrasée par les mêmes enfants.

Dans une esthétique diamétralement opposée – tant du point de vue du médium d’expression artistique que de la portée du sensible – au théâtre des Bouffes du Nord de Paris, le couple d’artistes Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias réalise le spectacle Là. Mêlant danse et acrobatie, le spectacle a la particularité d’introduire comme personnage un corbeau pie bien vivant, appelé Gus. Scrutant la salle des Bouffes du Nord, Gus s’inscrit dans le « réel » scénique et, malgré lui, nous fait formuler des questionnements dépassant largement sa nature animale. « Chaque scène où les animaux interviennent garde une part d’improvisation », rappelle Camille Decourtye, réinvestissant ainsi la question de la « mimésis » et de la part du « réel » dans la représentation scénique.

Entre ces deux pôles esthétiques, à l’ère du transhumanisme, de l’anthropocène, de la collapsologie et des dérives écologiques, pour ce premier numéro, le collectif In Vivo Arts souhaite rassembler des réflexions sur l’usage et le recours aux animaux dans les arts du spectacle vivant. Certes, les animaux sur les scènes et les écrans ne datent pas d’hier ou d’aujourd’hui, et les « performing species » (Una Chaudhuri et Holly Hughes) opèrent ce « tournant animal » (animal turn) dont parlent les spécialistes en sciences humaines et sociales. Sur cette toile de fond, nos questionnements sont les suivants : Comment les animaux réinvestissent les scènes et les écrans quand ceux-là deviennent leurs nouveaux espaces de vie (ou de mort) ?  Est-ce que les animaux trahissent (ou provoquent) une crise de la représentation dans les arts du spectacle vivant ? À quel nouvel acte de contemplation (regard) font-ils appel ?

La problématique des animaux dépasse, bien entendu, la dimension de la représentation, car on constate l’articulation (ou du moins, l’émergence) d’une éthique visant à appréhender l’usage et le recours aux animaux dans les arts de la scène et de l’écran. Comment comprendre et, surtout, comment théoriser cette éthique sans porter atteinte à la liberté (quasi)totale du geste artistique ? Quid du rapport des institutions et des ONG quant à ces pratiques artistiques ? Comment s’accordent les moyens de production artistique aux normes qui structurent les droits des animaux ? La réflexion pourrait donc soulever des questionnements d’ordre éthique, anthropologique, voire historique, à en tenir compte aussi de l’écart qui s’établit entre la façon de concevoir la protection des animaux d’une culture à une autre, dans un contexte des pluralités sociétales.

 De Robert Bresson (Au hasard Balthazar, 1966) à Jerzy Skolimovski – récemment primé à Cannes pour son dernier film E.O. (Hi-Han) –, de Roméo Castellucci à Bartabas, ou encore de Steven Cohen à Rébecca Chaillon, notre volonté est d’harmoniser des réflexions sur les animaux tels quels, en accordant une bien moindre attention aux problématiques liées au symbolisme animal (par exemple, le recours au déguisement par les artistes). De ce fait, nous serions particulièrement sensibles aux propositions visant à explorer exclusivement la présence concrète des animaux (vivants ou résultant des processus de taxidermie) et des matières dérivées (viandes, organes, sang, fourrures…) sur les scènes et les écrans. L’approche pourrait être historique – des arènes aux arts circassiens et aux performances scéniques et filmiques – ou centrée sur des études de cas spécifiques.

Les propositions d’articles, essais, ou entretiens (300 – 400 mots), en anglais ou français, accompagnées d’une courte biographie doivent être envoyées par courriel, à l’adresse invivoarts@gmail.com, au plus tard le 30 novembre 2022, à minuit (heure de Paris).

Les contributions retenues (lesquelles seront communiquées courant décembre 2022) feront l’objet d’une publication dans le premier numéro In Vivo Arts – ANIMAUX. À ce titre, la version définitive de la publication devra être envoyée au plus tard le 15 avril 2023, à minuit (heure de Paris), la sortie du numéro étant prévue en juin 2023.

La longueur des contributions se décline ainsi :

- Articles scientifiques / études de cas : entre 5 000 et 10 000 mots

- Essais : entre 3 000 et 5 000 mots

- Comptes rendus (livres, spectacles, films) : entre 1 500 et 2 500 mots

- Entretiens : entre 3 000 et 5 000 mots

L’équipe In Vivo Arts accepte et encourage les propositions venues de la part des chercheur.e.s, dès le niveau Master. Dans l’esprit In Vivo, l’appel à contributions est également ouvert à l’ensemble de la communauté artistique, qu’il s’agisse de personnes engagées dans la création ou des spécialistes situé.e.s du côté de la production et de la promotion artistiques.

Nous vous prions de bien vouloir préciser dans votre courriel le cluster auquel vous souhaitez contribuer.